Adaptation d’une ville antique face aux risques fluviaux et littoraux à l’époque romaine : le cas d’Ostie, port de Rome

12 décembre 2017

Située à l’embouchure du Tibre, la ville d’Ostie fut, à l'époque romaine, le port maritime de Rome. Ostie était alors un maillon essentiel dans le système d'approvisionnement de l'Urbs, avant d’être progressivement abandonnée au Haut Moyen-Age. Elle est aujourd'hui le site urbain d'époque romaine le mieux préservé et le plus fouillé en Italie, après Pompéi. Un groupe de recherche international dirigé par Ferréol Salomon, constitué de géomorphologues, de paléoenvironnementalistes, d’archéologues et d’historiens, s’est interrogé sur les risques provenant du fleuve et de la mer et sur l’adaptation de la ville antique d’Ostie face aux changements environnementaux depuis son origine. Ces découvertes ont donné lieu à une publication dans la revue Earth-Science Reviews.

 

En 2012, plusieurs scientifiques issus du CNRS1 ainsi que d’universités en France et à l’international ont réalisé une série de carottages sédimentaires sur la rue principale (cardo) de la ville d'Ostie, afin d’étudier son sous-sol. L'analyse de ces carottages sédimentaires a révélé l'existence d'un ancien fleuve du Tibre sous Ostie datant de l'origine de la ville, au IVe-IIIe siècle avant notre ère. Ce fleuve s'est ensuite déplacé latéralement, au gré des crues, pendant la période d'activité de la ville à l’époque romaine.
Parallèlement, des carottages ont été effectués sur la façade maritime d'Ostie, permettant ainsi de reconstituer la mobilité du bord de mer au cours de la période romaine (phases d'érosion et de sédimentation).

 Les chercheurs se sont posés la question de l’adaptation de cette ville antique face à ces changements environnementaux. Comment une ville antique comme Ostie a-t-elle fait face à une forte mobilité des berges fluviales et de la plage ? L’analyse de l’orientation des rues et des structures archéologiques de la ville révèle que l’urbanisme d’Ostie s’est en partie constitué en suivant les différentes positions du bord de mer (face littorale) ou des berges (face fluviale) dont la mobilité est renseignée par l’étude des carottages sédimentaires.  

 Le tissu urbain de la ville a cristallisé au cours du temps différentes positions du fleuve et du trait de côte, faisant d'Ostie une ville résiliente aux modifications environnementales à l'époque romaine.

  Carottage sédimentaire dans la vallée d'Ostie

Carottage sédimentaire dans la ville d’Ostie © Elisa Pleuger  Plan des structures identifiées Ostie

Plan des structures archéologiques identifiées pour la ville d’Ostie, analyse de leur orientations et position des carottages sédimentaires analysés (Cartographie : Ferréol Salomon, Brice Noirot)  Ostie en 3D

 Evocation d’Ostie en 3D, ville romaine d’embouchure et port de Rome (Imagerie 3D : Rémi Fabro, Arkod)

 

  1. Parmi lesquels Ferréol Salomon du Laboratoire Image, Ville, Environnement (LIVE, UMR7362, CNRS / Université de Strasbourg), Jean-Philippe Goiran du laboratoire Archéorient - Environnements et sociétés de l'Orient ancien (UMR5133, CNRS / Université Lumière Lyon 2) et Pierre Carbonel du laboratoire Environnements et paléoenvironnements océaniques et continentaux (EPOC, UMR5805, CNRS / Université de Bordeaux).

 

Référence :

"Geoarchaeology of the Roman port-city of Ostia: Fluvio-coastal mobility, urban development and resilience", 2018, Ferréol Salomon, Jean-Philippe Goiran, Brice Noirot, Elisa Pleuger, Evelyne Buckowiecki, Ilaria Mazzini, Pierre Carbonel, Ahmed Gadhoum, Pascal Arnaud, Simon Keay, Sabrina Zampini, Stephen Kay, Michele Raddi, Alessandra Ghelli, Angelo Pellegrino, Cinzia Morelli, Paola Germoni Earth-Science Reviews, 177, 265-283.

 

________

Contact chercheur :

Ferréol SALOMON - Laboratoire Image, Ville, Environnement (CNRS / Université de Strasbourg) - ferreol.salomon[at]gmail.com