Dynamique des Paysages (DYPA)

  • Objectif : se servir des dynamiques paysagères du passé pour étudier les usages du sol présents et futurs, étude rétrospective et prospective de la dynamique des cours d’eau.
  • Thèmes & Méthodes : archives pédologiques et sédimentaires, géo-archéologie, paléo-environnement, quaternaire, holocène
  • Terrains privilégiés : Bassin Rhénan/Vosges, Egypte
  • Responsable : Dominique Schwartz

 

Membres

Permanents :

  • Dominique Schwartz, PR UNISTRA, pédologue et biogéographe (resp.)
  • Thierry Rosique, MC UNISTRA, géomorphologue
  • Damien Ertlen, MC UNISTRA, géoarchéologue et pédologue
  • Anne Gebhardt, IR INRAP, micromorphologue et géoarchéologue,

Permanents en rattachement secondaire :

Associés :

  • Nathalie Schneider IR INRAP, géomorphologue et géoarchéologue
  • Kai Fechner, IR INRAP, pédologue et géoarchéologue
  • Simon Goudissard, IR Antéa, géoarchéologue
  • Anaïs Champouny, IR INRAP, géoarchéologue

Doctorant : 

  • Patrice Wuscher

Les membres du groupe Dynamique des paysages développent des compétences très complémentaires : géomorphologie fluviale, pédologie, biogéographie, micromorphologie des sols et sédiments, … au service de l’étude de la dynamique des paysages. Ceci permet à la fois l’étude des matériaux et de leur mise en place, mais aussi celle des modifications de ce matériau par la pédogenèse, l’oblitération plus ou moins importante qui peut en résulter de la signature sédimentaire et à l’inverse l’apparition d’une signature spécifique aux sols (archivage pédologique). Ce sont donc à la fois les archives sédimentaires et les archives pédologiques qui sont sollicitées pour répondre aux objectifs de reconstitution des trajectoires spatio-temporelles des paysages.

Par ailleurs, le groupe bénéficie du support logistique du Laboratoire d’analyse des sols et des formations superficielles de l’UMS 830, notamment pour les analyses physico-chimiques courantes (matière organique, pH, calcimétrie) et la granulométrie laser ou classique par tamisage. Elle possède aussi en propre le matériel nécessaire au dosage de C et N et un spectromètre proche et moyen IR (en fonction à l’UMS 830).

Les outils et méthodes maîtrisés par le groupe sont donc : les indispensables approches descriptives des formations superficielles et sols, les carottages sédimentaires, les analyses courantes des matériaux, la granulométrie laser, la spectrométrie PIR et MIR dans ses approches qualitatives (cf . infra), la micromorphologie des sols et sédiments, l’interprétation des datations 14C appliquées aux sols fonctionnels (temps moyen de résidence).

D’autres méthodes sont sous-traitées (14C et OSL et IRSL, palynologie, minéraux lourds, carpologie) ou effectuées en collaboration dans le cadre de programmes (biogéochimie des biomarqueurs ; approches archéologiques, prospection géophysique).

Ces outils et méthodes sont complétés par les fortes compétences en géomatique développées au LIVE (LiDAR, télédétection, photographies aériennes, …).

Sous-thèmes de recherche

Nous avons identifié quatre sous-thèmes de recherche qui seront développés infra :

  • Approche méthodologique et conceptuelle
  • Érosion dans les systèmes agraires du Néolithique à nos jours
  • Paléoenvironnements quaternaires
  • Trajectoires temporelles des écosystèmes et gestion des milieux

Ces sous-thèmes sont étroitement complémentaires les uns des autres. En particulier le sous-thème « trajectoires temporelles des écosystèmes et gestion des milieux » vise à intégrer les résultats des trois autres sous-thèmes dans une démarche d’application pratique de nos travaux à destination des organismes en charge de la gestion des milieux.